Archive | Archives

Karaoké franco-allemand

Vendredi 07 juillet 2017, à partir de 19h, Entrée libre

  
  

Notre karaoké franco-allemand fait son grand retour !

Nous vous invitons, pour une troisième édition, à un karaoké franco-allemand – l’occasion rêvée de venir chanter haut et fort (et juste ?) vos chansons préférées avec nous.

De la variété française aux « Schlager » allemands en passant par pop, rap, disco, rock, soul…: tout est permis, tant que vous veillez à chanter en français et en allemand.

Et pour encourager les plus réticents : les trois premièr(e)s chanteuses ou chanteurs à oser chanter dans la langue du partenaire repartiront avec une de nos nouvelles tasses Info-Café.

Nous vous ouvrons nos portes à partir de 19h, et c’est vous qui déciderez de l’heure de fin du spectacle !

Vous pouvez déjà choisir jusqu’à trois chansons en vous inscrivant. Merci de copier directement le lien vers une version karaoké (avec vidéo) des ces chansons dans les champs ci-dessous. Les chansons en anglais ou sans lien ne seront pas admises dans notre liste de lecture. N’inscrivez que des chansons que vous souhaitez vraiment chanter.

Vernifinissage – « Who Kills Berlin »

Jeudi 13 juillet 2017 :

© SP38

La première moitié de l’année 2017 a été consacrée aux célébrations des 30 ans du jumelage entre Berlin et Paris. Nous avons montré les photos du jeune artiste Luis Jachmann avec l’exposition “Kiez Parisien” et organisé les projection des documentaires “Tacheles”, “Nostreetnoart” et “Tour Paris 13” autour de la scène street art des deux villes. Plus récemment, nous organisions le festival de courts-métrage “Action KINO”.

Avec l’exposition du colleur d’affiches SP 38 intitulée “Who kills Berlin”, nous souhaitions boucler la boucle et clôturer cette thématique. Les affiches provocantes de SP38 posent un regard critique sur Berlin grâce à des slogans marquants, qui sont depuis quelques temps déjà exposés dans l’Info-Café. Faute d’évènement inaugural, l’Info-Café vous invite à un “vernifinissage” en présence de l’artiste !

Pour toutes les personnes intéressées par un Workshop de sérigraphie avec l’artiste, rendez-vous à 17h. Découvrez ainsi l’envers du décor de la réalisation des affiches et réalisez les vôtres ! Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire au préalable.

Pour tous les autres, la soirée commence à 19h, en présence de l’artiste. Il expliquera son travail et répondra aux questions sur le street art, Berlin et plus encore.

 

Luis Jachmann « Und Einheit ahnt…wer sonst nur Vielheit sah »

Luis Jachmann filme dans « Und Einheit ahnt…wer sonst nur Vielheit sah », diffusé jeudi soir, 5 jeunes filles habitant à Berlin et mettant en scène leurs endroits préférés dans la capitale allemande. Ils nous mènent là où des touristes n’osent pas découvrir les secrets cachés d’un métropole qui fait semblant de jamais dormir.

Camille et Carl – « Von Ruttmann nach Berlin »

Camille et Carl, les réalisateurs de « Von Ruttmann nach Berlin », se sont rencontrés à Berlin en 2015. Lui, c‘est la technique, les chiffres et les Sudokus. Elle, la créativité, les lettres et les mots croisés. Ils se sont pourtant trouvé une passion commune autour des arts vivants et ont décidé de se complémentariser. Chacun d‘eux ayant déjà réalisé des courts-métrages en solo, ils s’associent aujourd‘hui pour présenter « Von Ruttmann nach Berlin », un hommage à la ville qui les a poussés l‘un vers l’autre.

Librement inspiré du film de Walter Ruttmann « Berlin – Die Sinfonie der Großstadt » paru en 1927, « Von Ruttmann nach Berlin » est un court-métrage dont le principal protagoniste est le mouvement. Mécanique, fluide, imperceptible ou hypnotique, il constitue le fil rouge qui promène le spectateur à travers les artères de Berlin.

Jules Talbot – « Salade tomates oignons »

« Salade tomates oignons », le court-métrage de Jules Talbot diffusé vendredi soir raconte la rencontre d’Antoine, un jeune de cité, et Soline, une petite fille qui vient d’arriver à la gare et que personne n’est venue chercher. Antoine décide alors de rester avec elle et de la raccompagner à quelqu’un qui puisse s’occuper d’elle…Retrouvez le casting en musique du court-métrage.

Lucas Rullier- « Charivari »

Lucas Rullier, le réalisateur de « Charivari », diffusé jeudi prochain, à débuté ses premières expériences de tournage en 2006 avec des chroniques musicales pour un blog, avant de créer le collectif 21e arrondissement jusqu’en 2009. La même année Lucas réalise son premier court-métrage « IX Octobre » co-produit par sa ville et son université. « Charivari » raconte l’histoire de James vingt-huit ans, connecté en permanence. En l’espace d’une nuit, il va prendre conscience de la superficialité de ce monde fragile et éphémère où tout est susceptible de basculer. Perdu entre ses rêves de liberté et sa réalité ultra-conformiste, il va devoir choisir.

Ophélie Fuxa- « Crossing the Lion »

La réalisatrice de Crossing the Lion, Ophélie Fuxa a étudié le cinéma à Lille puis aux Etats-Unis, et allie théorie, pratique, imagination et réflexion par la réalisation de courts-métrages allant du documentaire à la fiction en passant par la vidéo expérimentale et le clip musical.
Cette année à Berlin dans le cadre d’un service civique européen, elle profite des décors urbains à la fois froids et intriguant de la capitale pour continuer à expérimenter l’outil cinématographique et ses possibilités expressives.

Inès Bensalem – « Coudre et découdre »

© Inès Bensalem

« Coudre et découdre », projeté vendredi, réalisé par Inès Bensalem, à déja remporté plusieurs prix, dont le prix du jury de la 11e edition de Génération Court ! Attentat à La Courneuve ! Dans une cité lointaine, il fait deux victimes collatérales : Khalil et sa barbe. Khalil croule sous les reproches de sa mère, essuie les réflexions de ses potes. Le pauvre garçon ne cesse de coudre et d’en découdre. Survivra-t-il aux accrocs ?

 

Amandine Boisseaux- « Le temps passe »

« Le temps passe », diffusé vendredi soir, raconte avec humour le froid et l’ennui de l’hiver à Berlin vu par une Française expatriée. Sa réalisatrice Amandine Boisseaux fait des études de design à la Hochschule für Technik und Wirtschaft à Berlin. « Le temps passe » est son premier film.